TRAC 2016: assessing 27 listed Belgian companies

Consultez ici le rapport intégral Transparency in corporate reporting: assessing 27 listed Belgian companies de Transparency International Belgium.

Consultez également ici le rapport intégral Transparency in corporate reporting: assessing emerging market multinationals de Transparency International (2016).

TRANSPARENCY INTERNATIONAL BELGIUM

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 17 FEVRIER 2017

Les multinationales d’Euronext deux fois moins transparentes concernant leur politique anti-corruption que les entreprises du BEL20


Les multinationales cotées sur Euronext sont deux fois moins transparentes concernant leur politique anti-corruption que leurs grandes sœurs du BEL20 (avec des scores respectifs de 27% et 50%), qui conservent elles-mêmes un fort retard par rapport à la moyenne internationale des plus grandes entreprises (score de 70%). Par ailleurs, presque aucune de ces entreprises ne communique de façon totalement transparente sur ses performances par pays (score de 7%). Des améliorations sont urgentes, nécessaires, et possibles, comme l’ont montré les entreprises ayant obtenu les meilleures performances telles Arcelor-Mittal et Barco qui, seules, obtiennent un score général supérieur à 50%. Dès 2017, les obligations pour les entreprises seront significativement plus sévères.

Ce sont les conclusions les plus importantes issues de la quatrième étude TRAC (Transparency in Reporting on Anti-Corruption) sur les entreprises belges cotées en bourse, conduite par l’ONG Transparency International Belgium. Cette année, 27 multinationales d’Euronext étaient concernées (l’année dernière, on comptait 15 entreprises d’Euronext et 15 du BEL20). L’enquête portait sur la transparence des entreprises au niveau de la politique anti-corruption, sur leur présence à l’étranger et sur leur performance par pays. Sur ces trois éléments, les attentes de la société et le cadre légal évoluent rapidement. L’étude est basée sur des informations disponibles sur les sites web des entreprises. De précédentes études TRAC ont été menées en 2009, 2012 et 2015.

Politique anti-corruption : augmentation de 24% à 27%

Les meilleures entreprises, telles Arcelor-Mittal, Barco et Exmar, ont communiqué de manière exhaustive sur leur politique anti-corruption, obtenant des scores allant de 73% à 96%. Seules quatre sociétés obtiennent un score supérieur à 50%. Les entreprises d’Euronext sont plus transparentes qu’en 2015 (on note une amélioration de leur score, qui passe de 24% à 27%) mais elles conservent un fort retard sur celles du BEL20 (50%) et sur la moyenne internationale des plus grandes entreprises (70%).

Transparence de l’organisation : diminution de 74% à 65%

Presque toutes les entreprises évaluées communiquent les localisations de leurs filiales étrangères. Toutefois, presque aucune d’entre elles ne mentionne systématiquement tous les pays dans lesquels elles possèdent des activités. De petits pays et implantations peuvent pourtant avoir un grand impact sur la transparence d’une organisation, comme l’ont montré les médias. Les entreprises devraient donc faire preuve d’une transparence totale en la matière. La diminution du score de 74% à 65% est due aux entreprises d’Euronext qui, l’année dernière, ne se trouvaient pas dans l’étude, dont différentes petites multinationales.

Communication pays par pays : lanterne rouge avec 7%

Les attentes de la société ont évolué fortement ces dernières années et la législation européenne est devenue plus ferme. Par conséquence, les grandes entreprises ne peuvent plus communiquer librement sur leur présence et performances à l’étranger. Elles doivent donc urgemment y prêter plus d’attention.

Entreprises noyées sous les nouvelles réglementations en matière de corruption

En 2016, les multinationales belges ont été noyées sous les lois, recommandations et instructions en matière de corruption : rapport légal obligatoire sur la communication pays par pays et les paiements offshore ; transposition de la Directive européenne 2014/95 concernant la publication des données non-financières en droit belge (attendue sous peu) ; le Fraud Risk Management Guide de COSO ; ISO 37001 – Systèmes de management anti-corruption ; et le Guide anticorruption pour les entreprises belges à l’étranger de la FEB. Communiquer sur sa politique anti-corruption et pays par pays ne se fait donc plus librement.

Rapport complet et informations complémentaires: info@transparencybelgium.be. Transparency International est l’organisation la plus importante travaillant au niveau international aussi bien que local à la promotion de l’intégrité et à la lutte contre la corruption. Transparency International Belgium asbl, Rue de l’Industrie 10, 1000 Bruxelles, www.transparencybelgium.be, Twitter, Facebook, LinkedIn